Mardi 3 janvier 2017, SEANCE ANNULEE, en raison d’un empêchement de Pierre Charbonnier.

Pierre Charbonnier

La fin d’un grand partage. Nature et société de Durkheim à Descola.

charbonnier

Les relations de l’homme et de son organisation sociale au milieu naturel ont longtemps été étudiées dans le cadre d’une opposition entre nature et société. Mais la crise écologique invite à nous interroger sur ce partage, et à revenir sur le sens de ce clivage. L’objectif de ce livre est d’éclairer les ambiguïtés du rapport à la nature des modernes, en relisant du point de vue de la nature cette histoire jalonnée par trois oeuvres, Les formes élémentaires de la vie religieuse de Durkheim, La pensée sauvage de Lévi-Strauss et Par-delà nature et culture de Philippe Descola.
Y a-t-il un paradoxe à parler de la nature comme d’un fait social ?
Quelle signification et quelle valeur accorder aux sociétés restées indifférentes au partage entre nature et société ? Quels concepts mobiliser aujourd’hui pour faire face à la transformation de nos rapports collectifs à la nature ? Alors que la nature est de plus en plus humanisée et que les affaires humaines doivent en retour toujours plus composer avec elle, le grand partage du naturel et du social semble perdre toute pertinence.

Pierre Charbonnier est chargé de recherches au CNRS (EHESS – Institut Marcel Mauss, LIER). Ses travaux portent sur les relations entre les sciences sociales et la question environnementale, d’un point de vue à la fois épistémologique et politique.

Pierre Charbonnier, La fin d’un grand partage. Nature et société de Durkheim à Descola, CNRS Editions, 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
Posted in Programmation actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *