Roberta Chiroli : « Ora e sempre No Tav ».

 Le Val de Suse, une zone située sur une marge de l’Italie – l’extrême ouest du pays – mais devenant de façon inattendue centrale dans chaque discours sur les «grands travaux» et sur son développement souhaitable ou non. Un territoire réinventé, repensé et transformé grâce à une mobilisation de masse, radicale, conviviale, créative, imaginative, compétente et – surtout – durable. Riant et plaisantant (mais criant et pleurant aussi), déjà vingt-six ans de lutte des habitants de cette vallée pour protéger leur environnement de la construction du TAV – ligne TGV Lyon-Turin.
Son observation anthropologique du mouvement écologiste « No Tav » a valu à la chercheuse Roberta Chiroli une condamnation judiciaire de 2 mois de prison avec sursis. Un jugement motivé par l’utilisation dans la rédaction de son travail universitaire de la première personne du pluriel ; c’est ce « nous », qualifié de « participatif » par le procureur, qui aurait rendu l’auteure coupable selon la justice italienne…
Roberta Chiroli est docteure en anthropologie de l’Université Ca’ Foscari de Venise.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
Posted in Archives sonores and tagged , , , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *