Aller au contenu
Retour

7 mars 2023

Clara Lemonnier

    Rejoindre la visioconférence ici

    On entend parler d’elles par le bouche à oreille. Certaines utilisent les herbes d’une pharmacopée traditionnelle dont on se transmet les secrets de génération en génération, d’autres manipulent le corps ou soulagent les âmes. Rebouteuses, chamanes, magnétiseuses, sophrologues, énergéticiennes, coupeuses de feu… ces guérisseuses agissent en marge de la médecine officielle. Leurs consultations demeurent auréolées de mystère mais sont de plus en plus fréquentées.
    Évincées mais indispensables.

    Ce livre prend le parti de raconter ces pratiques du côté des femmes. Celles qui ont été traditionnellement assignées au foyer et qui ont consacré leur vie à la santé des autres. Ces sages-femmes, grand-mères paysannes, ventrières et devineresses… Depuis l’Antiquité, elles ont été évincées et discréditées : trop ignorantes, trop « sorcières » pour les autorités savantes, politiques et religieuses. Mais en dépit des relégations, elles continuent, encore aujourd’hui, à prendre soin, dans l’ombre, de ceux qui en ont besoin.

    Le Grand Livre des guérisseuses répertorie depuis le Moyen Âge ces pratiques méconnues qui allient le concret et le symbolique, les plantes et les prières, le visible et l’invisible. Il nous fait découvrir les liens entre ces soignantes d’hier et les thérapeutes alternatives d’aujourd’hui. Entre les savoirs des médecines populaires d’autrefois et les médecines douces de nos temps contemporains.

    Clara Lemonnier est anthropologue, spécialiste des questions de santé au féminin. Elle a réalisé une vaste enquête de terrain sur les guérisseuses dans le Sud-Ouest de la France.

    Autour de la séance: installation « Le châle de la dame d’Izé » (6 & 7 mars – hall faculté de médecine)
    Delphine Jalabert / Sébastien Le Guen
    Un peu plus qu’une installation, un peu moins qu’un spectacle, « la Châle de la dame d’Izé » emprunte à l’entresort de foire son rituel : le visiteur /spectateur est accueilli à deux maximums dans un espace clos, sorte de bureau d’un scientifique (un ethnologue ? un archéologue ? un voyageur assurément) imaginaire et absent et à la décoration sommaire.  

    Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

    Partagez ...