Michel Agier “Gérer les indésirables, Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire”

Selon les chiffres officiels, cinquante millions de personnes dans le monde sont «victimes de déplacements forcés». Réfugiés, demandeurs d’asile, sinistrés, tolérés, déplacés internes…, les catégories d’exclus se multiplient, mais combien sont ignorées : retenus, déboutés, clandestins, expulsés… Face à ce drame, l’action humanitaire s’impose toujours plus comme la seule réponse possible. Sur le terrain, pourtant, le «dispositif» mis en place rappelle la logique totalitaire : permanence de la catastrophe, urgence sans fin, mise à l’écart des «indésirables», dispense de soins conditionnée par le contrôle, le filtrage, le confinement ! Comment interpréter cette trouble intelligence entre la main qui soigne et la main qui frappe? Après sept années d’enquête dans les camps, principalement africains, l’auteur révèle leur «inquiétante ambiguïté» et souligne qu’il est impératif de prendre en compte les formes de contestations et de détournements qui transforment les camps, les mettent en tension, en font parfois des villes et permettent l’émergence de sujets politiques. Une critique radicale des fondements, des contextes et des effets politiques de l’action humanitaire. – 4e de couverture – (date de publication : Novembre 2008)

Michel Agier anthropologue, directeur d’études à l’Ecole des Hautes études en Sciences sociales (EHESS) et chercheur à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) 

Conférence | Durée: 1:43:05 | Enregistrée à l’Espace Martin Luther King de Montpellier le 22 octobre 2009 (en partenariat avec Médecins sans Frontières).

 

Partagez ...
Posted in Archives, Archives sonores and tagged , , , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.