Aller au contenu

Jean-Pierre Olivier de Sardan

La corruption comme objet anthropologique. Etudes empiriques en Afrique

Comment sont délivrés les services publics en Afrique ? Il s’agit là d’un chantier neuf pour la socio-anthropologie, qui, dans cet ouvrage, aborde le problème par le biais de la corruption quotidienne. En effet, les relations entre fonctionnaires et usagers des services publics sont aujourd’hui indissociables d’une corruption (au sens large) banalisée et systémique. On trouvera ici les résultats de la première enquête de terrain qualitative menée sur ce thème à l’échelle de plusieurs pays ouest-africains (Bénin, Niger et Sénégal).

État et corruption en Afrique
Une anthropologie comparative des relations entre fonctionnaires et usagers (Benin, Niger, Sénégal)
Sous la direction de Giorgio Blundo, Docteur en anthropologie et en sociologie de l’Université de Lausanne. Maître de conférences à l’EHESS (en 2003) et  Jean-Pierre Olivier de Sardan.

Jean-Pierre Olivier de Sardan est anthropologue, directeur de recherche émérite au CNRS, directeur d’études à l’EHESS, chercheur au LASDEL (Niger), responsable scientifique du master de socioanthropologie de la santé à l’Université Abdou
Moumouni (Niger). Deux de ses nombreux ouvrages sont devenus des références internationales: Anthropologie et
développement (Karthala, 1995), et La rigueur du qualitatif (Académia, 2008)
.

Conférence | Durée: 56:09 | Enregistrée le 5 décembre 2001

Partagez ...