Véronique Nahoum-Grappe “Du rêve de vengeance à la haine politique”

La figure de la vengeance s’inscrit partout ou presque dans la culture contemporaine. Elle revient comme un leitmotiv, en filigrane de l’actualité telle que nous la rapportent les journaux ou la télévision, mais aussi au cinéma ou dans les bandes dessinées. Chaque fois, la figure d’un ennemi qu’il faut anéantir est mise en scène, présentée comme un contre-don de la cruauté, de l’insupportable, qui exige un excès, un débordement. La séduction politique du « rêve de vengeance » pourrait sembler relever de cultures désuètes ou communautaires résiduelles dans une société démocratique ouverte et régulée en principe par le droit. En fait, elle semble nourrir et valoriser les formes modernes de la haine politique, comme on l’observe avec la xénophobie ou avec les dérapages de certains conflits nationaux et internationaux. Examinant les pratiques sociales et les cultures contemporaines, les confrontant avec les représentations classiques de la vengeance, Véronique Nahoum- Grappe montre comment la haine politique s’articule sur un fantasme et un mensonge que la réalité dément, et contre lequel il faut lutter avec les armes du droit et de la mémoire.

Articles ou chapitres dans ouvrages collectifs

2001, “Guerre et différence des sexes, les viols systématiques en Ex-Yougoslavie, 1991-1995”, in De la violence et des femmes, A.Farge et C. Dauphin (dir), Seuil, réédition en poche : coll. “Points”, p. 175-204, (1° éd. 1999).

2000, “Alcool et guerre en ex-Yougoslavie”, in Désirs d’ivresse, Alcools rites et dérives, C. Bernand ( dir), Paris, Autrement. p. 155-173.

1999, “Anthropologie de la cruauté : quelques réflexions”, in Souffrances et Violences, Patrick-Ange Raoult (dir), L’Harmattan, p. 63-73.

1999, “Milosevic le pervers”, in Kosovo un drame annoncé, A. Garapon et Olivier Mongin (dir), Paris, Michalon, p. 245-248.

1999, “Mémoire, images, et perception de la purification ethnique (ex-Yougoslaive 1991-1995)”, in Travail de Mémoire 1994-1998, Christian Coq et Jean-Pierre Bacot, (dir), Paris, Autrement, coll. “Mémoires”, p. 200-207.

1998, “Le viol de guerre”, Sociétés et représentations, n° 6, p. 373-376.

Véronique Nahoum-Grappe est chercheur à l’EHESS. Elle travaille sur les formes contemporaines et sociales de la culture : l’esthétique du corps, les conduites d’excès et de dépendance, la violence et la cruauté, les rapports entre les sexes.

Conférence | Durée: 1h25 | Enregistrée le 9 mars 1999

 

Partagez ...
Posted in Archives sonores and tagged , , , , , , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.