Laurent Solini, Jennifer Yeguicheyan “Prisons, usages et appropriations de espaces carcéraux.”

Ce livre propose de comprendre la prison à partir de ses espaces : l’atelier, la rotonde, le service médico-psychologique régional, la cellule, la fenêtre, le rond-point.

De 2014 à 2016, les auteurs ont investi les détentions de cinq prisons belges et françaises : le centre de détention de Muret, les établissements pour peines de Namur, Ittre et Marche-en-Famenne et le centre pénitentiaire de Villeneuve-lès-Maguelone. Ils sont allés à la rencontre de ceux qui les ont fabriqués, ceux qui y travaillent ou y sont enfermés.

Cette enquête, complétée par un patient travail d’archives et la prise de nombreux clichés, appréhende les modalités d’appropriation de ces espaces. Aménagements et réaménagements des lieux, recours à la lumière naturelle, utilisation de matériaux, coloris, éléments de décoration, sont au coeur de l’ouvrage et permettent de saisir les fonctions, les histoires, voire les identités des lieux de la prison et des conduites qui s’y tiennent.

C’est en progressant dans la lecture de ce livre que se justifie l’importance d’une étude au plus près des usages spatiaux de la détention : lorsque s’esquisse une « prison mosaïque », somme de missions contradictoires, perceptibles jusque dans sa fabrique, jusque dans les manières dont son bâti est usité.

Édité par Laurent SoliniJennifer YeghicheyanSylvain Ferez

Laurent Solini est sociologue, maître de conférences à l’université de Montpellier et membre du laboratoire Santesih (Santé, éducation et situations de handicap). En 2012, il soutient une thèse en sociologie sur les expériences de détention des adolescents incarcérés en établissement pénitentiaire pour mineurs. Entre 2014 et 2019, il dirige deux programmes de recherche successifs, le premier porte sur les usages des espaces en prison, le second, sur les parcours et les socialisations institutionnelles des mineurs sous main de justice.

Jennifer Yeghicheyan est ethnologue et s’intéresse aux manières dont les institutions sécuritaires et d’accompagnement social traitent leur public. Des bénévoles œuvrant aux abords des prisons en passant par l’usage des espaces carcéraux jusqu’à l’étude des parcours institutionnels complexes des jeunes qualifiés à la fois de « dangereux » et eux-mêmes « en danger», Jennifer Yeghicheyan mobilise toujours la méthode ethnographique.

 

Visioconférence | Durée: 56’27 | Enregistrée le 5 janvier 2021

 

Echanges avec le public| Durée: 45’ | Enregistrés le 5 janvier 2021

 

Partagez ...
Posted in Archives, Archives sonores and tagged , , , , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.