Mardi 16 octobre 2018

Barbara Morovich
« Miroirs anthropologiques et changement urbain. Qui participe à la transformation des quartiers populaires ? »

Aujourd’hui, la recherche anthropologique dans les quartiers populaires ne peut se faire en vase clos disciplinaire. Cet ouvrage trace d’abord le bilan de l’histoire de l’anthropologie « urbaine » en France, et s’attache ensuite à analyser, En savoir plus

Nastassja Martin : « Les âmes sauvages. Face à l’Occident, la résistance d’un peuple d’Alaska. »


C’est l’hiver et la température avoisine les moins quarante degrés. Les yeux levés vers les aurores boréales qui animent le ciel arctique, nous écoutons. Le chasseur commence à siffler dans leur direction. C’est un son continu, aigu mais contenu, qui résonne dans le silence de la nuit polaire. Qui appelles-tu ? Elles, les aurores, et ceux qui transitent avec elles, En savoir plus

Roberta Chiroli : « Ora e sempre No Tav ».

Roberta Chiroli - Ora e sempre no tav Le Val de Suse, une zone située sur une marge de l’Italie – l’extrême ouest du pays – mais devenant de façon inattendue centrale dans chaque discours sur les «grands travaux» et sur son développement souhaitable ou non. Un territoire réinventé, repensé et transformé grâce à une mobilisation de masse, radicale, conviviale, créative, imaginative, compétente et – surtout – durable. En savoir plus

Alban Bensa, « Les sanglots de l’aigle pêcheur. Nouvelle-Calédonie : La guerre Kanak de 1917 ».

Bensa Aigle pecheurEn avril 1917, des Kanaks du Nord de la Grande Terre se lancent dans une guerre contre les autorités françaises et leurs soutiens locaux. Refusant le recrutement de nouveaux « volontaires » pour aller se battre en Europe et exaspérés par le déni d’existence que leur opposait la colonie, ils luttent douze mois durant, jusqu’à épuisement. En savoir plus

David Le Breton, « Disparaitre de soi, une tentation contemporaine ».

 
Le Breton
Il arrive que l’on ne souhaite plus communiquer, ni se projeter dans le temps, ni même participer au présent ; que l’on soit sans projet, sans désir, et que l’on préfère voir le monde d’une autre rive : c’est la blancheur. La blancheur touche hommes ou femmes ordinaires arrivant au bout de leurs ressources pour continuer à assumer leur personnage. En savoir plus